Qu’est-ce qu’une garantie constructeur ?

Après l’achat d’une voiture, cette dernière peut rencontrer des pannes qui conduiraient à son immobilisation. Faire face à ces risques tout seul peut s’avérer onéreux, d’où la nécessité d’opter pour des garanties d’assurances. Ainsi, vous avez le choix entre plusieurs offres dont la garantie constructeur. De ce fait, il est important de s’informer sur ce type de garantie pour mieux en profiter. Puisque c’est de cela qu’il s’agit, découvrez ici ce que c’est qu’une garantie constructeur.

Garantie constructeur : c’est quoi ?

La garantie constructeur est une formule d’assurance qui vous permet de réparer votre voiture neuve en cas de pannes. Il est possible que la réparation se fasse chez vos mandataires auto et si ce n’est pas le cas, cette garantie vous rembourse les frais de réparation. Aussi, il faut retenir que cette formule est facultative et peut vous être fournie gratuitement à l’achat.

Cette garantie est à la base une formule gratuite qui ne devrait normalement pas faire objet d’un quelconque paiement. N’étant pas encadrée par la loi chaque mandataire fixe ses modalités, ce qui fait que la formule peut être facturée. Cette garantie est tout de même différente de la garantie légale de conformité et celle des vices cachés. Ces dernières sont quant à elle obligatoires.

Garantie constructeur : quelles sont les modalités ?

Les incidents couverts par la garantie constructeur ne sont pas les mêmes au niveau de chaque mandataire. Cela étant, les conditions sont appliquées selon le vendeur et ses possibilités. Néanmoins, dans l’un ou l’autre des cas, le mandataire est tenu de spécifier dans le contrat de la garantie toutes les modalités.

De ce fait, vous serez fixé sur la durée pendant laquelle vous êtes couvert. Généralement, cette durée est comprise entre 12 mois et 2 ans. La date limite de mise en œuvre de la garantie constructeur peut être aussi exprimée en kilométrage. La plupart des fabricants ou des vendeurs vous donnent une limite au kilométrage comprise entre 100 000 et 150 000 km. Au-delà de cette limite, vous ne serez plus couvert.

En plus de cette durée, vous devez voir d’autres informations cruciales telles que : le coût de la garantie (lorsqu’elle n’est pas gratuite), les pièces couvertes, les garages dans lesquels effectuer vos réparations et les coordonnées du mandataire.

Dans le contrat, vous découvrirez également les exclusions de garanties. C’est une liste qui notifie l’ensemble des pièces qui ne sont pas prises en compte dans la couverture offerte par la garantie. De ce fait, à l’achat de votre voiture neuve, votre mandataire mettra à votre disposition un document dans lequel vous trouverez l’ensemble des révisions auxquelles vous devez vous conformer ainsi que leur fréquence de réalisation.

Comment en profiter ?

En plus des modalités de jouissance dont fait cas le contrat, vous devez assurer l’entretien de votre voiture conformément aux prescriptions de votre vendeur. Respecter les modalités d’entretien reste la condition sine qua non pour profiter de la garantie constructeur. Lorsque vous respectez les prescriptions, vous pourrez contacter votre mandataire en cas de pannes. Ainsi, il vous faut simplement déclarer au mandataire, le besoin de faire réparer votre voiture. Pour cela, il vous faudra fournir des éléments justificatifs que ce soit une facture, un bon de caisse ou un bon de livraison que vous joindrez à votre demande.

Par ailleurs, vous pourrez bénéficier des réparations sans fournir des justificatifs. Ainsi, lorsque votre véhicule est immobilisé pendant au moins une semaine pour cause de réparation, cette durée est d’office ajoutée à la durée de la garantie. Dans certains cas, certains mandataires pourraient mettre à votre disposition un autre véhicule pour vos éventuels déplacements. Cependant, cela n’est pas systématique.

Dans le cas où votre vendeur vous refuse une réparation malgré le respect des principes de base, vous pourrez le mettre en demeure ou vous faire aider par un conciliateur de justice. Si son refus persiste, vous pourrez avoir recours à des poursuites judiciaires pour demander un dédommagement des pertes subies à cause de l’immobilisation de votre voiture.